Le clos masure : une histoire de pommiers

La spécificité du clos masure est d’avoir un verger planté de pommiers qui lui donne une grande partie de son cachet. Cela nous donne aussi (et surtout) de magnifiques fruits. D’un côté, il y a les pommes à couteaux pour les tartes ; De l’autre, il y a les pommes à cidre : pour le cidre bien entendu comme le nom l’indique, mais aussi pour le calva, le pommeau ou tout simplement pour le jus de pommes. 

Les pommiers du gîte

Notre parc de pommiers est assez ancien. De fait, chaque année nous procédons à un renouvellement. Cette année a été dédiée au retour des pommiers à couteaux. Notre choix s’est naturellement porté vers des pommiers d’origine normande, dont voici quelques détails : 

  • Les pommes de Geai, de grandes tailles, acidulées, parfaites à manger tel quel ou en tartePommier de la ferme de la corderie
  • Les reinettes de Dieppedalle, aussi pour les tartes mais aussi en plat (accompagnées d’un boudin blanc par exemple)

Les pommiers viennent d’une pépinière locale qui existe depuis la fin du 19ème siècle, la pépinière Lecuyer (vous pouvez retrouver l’ensemble de leurs végétaux par ici). 

La plantation de pommiers normands : un tradition familiale 

La plantation vient du souhait de conserver le verger tel qu’il existait. Cela vient aussi de poursuivre une tradition de plantation transmise de génération en génération. Nos aïeux étaient déjà de fervents consommateurs de pommes (et de cidre, à une époque où l’eau n’était pas toujours potable). De plus ils appréciaient les moments de réunion et de partage que représentait la récolte des pommes. Enfin, ils mettaient déjà en pratique des techniques de fortification des pommiers par le greffage ou la taille.

Notre méthode de plantation est assez simple : 

  • Repérer l’alignement avec les lignes de pommiers déjà existantes
  • Creuser un trou assez large pour que les racines entrent 
  • Planter le tuteur à l’aide une (mini) masse
  • Attacher le pommier au tuteur grâce à un collier de serrage spécifique
  • Et surtout le protéger d’une armure pour éviter que les animaux du verger n’en fassent leur quatre heures

Notre objectif : régénérer, partager et manger des produits sains

Nous perpétuons cette tradition en faisant le ramassage de certaines variétés de pommes une fois par an entre famille et amis. Le grand avantage d’avoir un verger protégé de talus, de chênes et de hêtres protège la plantation. Nous pouvons ainsi espérer avoir des produits naturels (ou bio). 

Et pour finir, quelques images de notre dernière plantation :

Auteur : Jean.

Date de publication : 25/02/2017.